Schéma Directeur Numérique (SDN)

Le nouveau SDN : un changement de paradigme

Le Schéma Directeur Numérique (SDN) de l’Université de Strasbourg a été adopté par le Conseil d’Administration le 29 mai 2018.

Ce document fondateur a pour objectif de répondre aux problématiques structurelles posées à l’Université de Strasbourg par l’essor rapide et les mutations constantes du numérique.

Le numérique est au service des missions de l’université que sont la recherche, la formation et la valorisation. C’est dans cette perspective que le SDN a été élaboré, avec une volonté de créer une articulation entre les différents projets.

François Gauer, vice-président Transformation numérique et innovations pédagogiques. L’Actu n°159, 22 juin 2018.

Le Schéma directeur numérique structuré par 3 programmes

La réflexion autour du SDN, lancée au printemps 2016, a mobilisé 130 acteurs à l’Unistra. Une démarche qui a été couplée à la réorganisation de la fonction numérique, menée en 2017. « L’ensemble de ce travail a permis de répondre à trois questions : celle de la gouvernance, de l’organisation des services et enfin de la stratégie du numérique », ajoute le vice-président. Véritable feuille de route pluriannuelle pour l’établissement, le SDN s’articule entre le travail de fond sur le long terme de la mission numérique de l’université et les nouveaux enjeux qui se font jour, comme celui des sciences ouvertes et de la massification des données et de leur traitement.

La stratégie numérique de notre université se structure aujourd'hui autour de 3 programmes et de 11 axes sous-jacents permettant de représenter les grandes orientations exprimées à travers la phase de recueil des besoins. Ils font écho aux orientations stratégiques de l’établissement.

Présentation du SDN en vidéo (4'28")

Les 4 objectifs prospectifs du SDN

  1. Doter la recherche des infrastructures et des dispositifs pour accroître sa compétitivité.
  2. Favoriser l'innovation pédagogique numérique, développer la diversité des outils et des lieux d'apprentissage.
  3. Développer des lieux d'apprentissage et de vie qui favorisent l'innovation et la collaboration active sur le territoire.
  4. Améliorer les infrastructures élargies, renforcer la gouvernance et le pilotage.

Les 3 programmes

  1. Recherche et enseignement
  2. Coopération et usagers
  3. Infrastructures et supports élargis

Programme 1 – Recherche et enseignement

Aujourd’hui, le numérique impacte fortement les missions fondatrices de l’université : la formation et la recherche. Il convient donc d’établir de nouvelles pratiques et de l’innovation dans chacune de ces deux missions. Il convient aussi de créer des interactions fécondes entre les deux. Cela se concrétisera par la mise en œuvre de projets ayant pour objectifs : d’améliorer les contextes d’exercice des missions d’enseignement et, dans le domaine de la recherche, de valoriser les données utiles ou produites. Notamment, l’utilisation des nouveaux modèles de traitement des données de l’apprentissage pour la recherche (qui représente un enjeu international) ainsi que l’intégration du numérique dans les pratiques de recherche et d’enseignement font partie des quatre axes principaux retenus pour accompagner cette transformation inscrite au programme 1 du SDN.
L’université souhaite mutualiser les moyens de calcul au niveau régional et simplifier l’accès aux différentes offres (calcul Haute-Performance HPC, grille de calcul, calcul en nuage) pour le monde académique et l’espace économique rhénan.
L’ambition est ici d’inscrire l’Université de Strasbourg dans le mouvement grandissant des sciences ouvertes (open access, open data, open sciences), de promouvoir la diffusion des savoirs et la valorisation du patrimoine intellectuel produit à l’université comme les publications scientifiques ou les données de la recherche en développant des services dédiés à forte valeur ajoutée.
L’université s’est engagée dans un processus de transformation pédagogique s’appuyant sur le numérique. Cette transformation repose sur l’évolution des lieux d’apprentissage, l’élargissement des modalités d’accès à la formation (enseignement à distance, en présentiel, hybridation), l’amélioration de l’évaluation des enseignements et des formations, l’amélioration du cadre de la formation (évolution de l’offre de formation), l’amélioration et l’élargissement de l’accès aux ressources documentaires et pédagogiques. La mise en œuvre d’un processus de récolte, d’analyse et d’exploitation des traces d’apprentissage, important sur le plan de la Recherche, peut avoir aussi à terme des impacts positifs sur la formation en elle-même des étudiants.
L’université souhaite améliorer et développer les outils destinés aux étudiants et futurs étudiants pour les aider dans leurs choix de parcours et leur préparation à l’emploi, et faciliter la mise en relation avec les entreprises (dans son acception large).

Programme 2 – Coopération et usagers

Il vise à structurer la transformation numérique au sein des pratiques individuelles des usagers, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et étudiants, à travers 3 axes principaux – Accompagnement, formation et communication, Mobilité et accessibilité, Pratiques et outils collaboratifs...
L’appréhension des nouvelles technologies numériques par les personnels est très hétérogène. Des efforts importants en terme de formation continue doivent être inscrits dans le schéma directeur du numérique pour réduire la fracture numérique et développer les compétences numériques des personnels. Des actions de sensibilisation à la sécurité des données, à la protection des données personnelles et au bon usage de l’Internet sont aussi nécessaires.
La dématérialisation des processus administratifs et l’accessibilité des services sur différents types de support répondent à une attente très forte de la communauté universitaire, que ce soit des étudiants ou des personnels, afin de gagner en qualité de service et en efficience. L’ouverture de l’université à l’international renforce encore ces besoins.
La nécessité de cadrer les pratiques collaboratives au sein de la communauté des usagers (personnels, étudiants et partenaires extérieurs) devient très prégnante ainsi qu’un enjeu réel d’efficacité collective et de "mieux vivre" ensemble. Les projets clés permettront de :
  • faciliter la recherche et la diffusion de l'information ;
  • améliorer les outils de bureautique et de communication sur les postes de travail.

Programme 3 – Infrastructures et supports élargis

Il vise à structurer la transformation numérique au sein du système d’information global et commun à toutes les parties prenantes, ainsi qu’au sein du système d’information de gestion et de pilotage de l’établissement, à travers 4 axes principaux.
L’objectif de cet axe est d’une part de poursuivre le travail de mise en cohérence du Système d’Information de l’université, qui repose en particulier sur la mise en place d’un référentiel de données (personnes, structures, bâtiments, etc.), d’un annuaire unifié, d’un langage visuel commun. D’autre part, la sécurisation des ressources numériques de l’université nécessite une meilleure gestion des droits d’accès, en particulier pour les partenaires extérieurs à l’établissement (partie prenante des activités de l’établissement en plein essor du fait des coopérations régionales et européennes).
La bonne marche d’une université peut aussi se mesurer à l’efficacité de son administration et de ses processus de gestion internes. Les projets de modernisation du Système d’Information de l’université se poursuivent (souvent autour de la dématérialisation des processus métiers), afin de rendre les services administratifs plus réactifs et de faciliter la circulation de l’information, la recherche et la production des documents administratifs.
L’un des enjeux de la gouvernance de l’établissement, consiste à piloter la mise en œuvre de ses objectifs politiques, stratégiques et réglementaires. Le pilotage repose sur des outils d’aide à la décision que sont les SI décisionnels, et les outils de gestion de portefeuilles projets ou d’appels à projets.
Les infrastructures informatiques nécessitent aussi de se moderniser, d’évoluer et de rester aux standards d’une université d’Excellence. Les infrastructures constituent le socle du développement des usages numériques et doivent si possible les anticiper. Les activités au quotidien des usagers et leur mobilité croissante reposent sur une bonne connectivité réseau, le déploiement du Wi-Fi et des postes de travail adaptés aux usages. Les besoins croissants des usagers, et de la Recherche en particulier, en termes de stockage, sauvegarde, archivage et sécurisation des données ont conduit l’université à lancer la construction d’un datacenter à l’état de l’art pour fiabiliser et sécuriser les ressources numériques de l’université, et permettre le développement de services d’infrastructures avancés (services cloud).
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R